♪ De…Dit…Dont…Du…DA! ♪

La grosse douche !
Extrait

trappe de visite

Aux premières lueurs de l’aube, je comprends que la crash-box – c’est-à-dire le compartiment étanche à l’avant de la coque – est complètement plein d’eau. Des filets suintent par la trappe… Il n’apparaît pas très malin d’aller voir ce qu’il se passe à l’avant avec le bateau qui fonce comme un damné sous pilote. J’affale donc le spi. Il faudra que je pousse avec mes deux pieds pour décoller la trappe tant la pression de l’eau est importante dans le compartiment. Résultat : une sacrée douche, je finis trempé de la tête aux pieds.
Après une grosse mission écopage où je sors une douzaine de seaux, je constate que je prends l’eau par le collage d’une petite tôle d’étanchéité (non structurelle) qui s’est fissuré sous la pression, tout à l’avant du bateau… L’entrée d’eau n’est pas importante mais à chaque vague, la pression crée un geyser à l’intérieur de la crash-box. Rien de dramatique en soi, il s’agit uniquement de refaire le collage proprement avec du sika, une pâte imperméabilisante. Seulement ce qui prendrait 15 minutes à terre ou au ponton prends une toute autre ampleur quand le bateau avance et surfe dans les vagues…
Je fais une première réparation alors que je n’ai toujours pas renvoyé de toile devant mais à chaque vague je vois de nouveau de l’eau rentrer. Je temporise encore un peu pour laisser le sika durcir un minimum. Un acte de patience d’autant plus dur à faire que je vois François Jambou revenir sur moi puis passer à mon vent et disparaître devant mon étrave… Je remets une petite couche de sika et renvoie le spi medium. Le bateau réaccélère, je prends toujours l’eau de façon significative, je sors environ deux seaux toutes les heures…
….Le nez du bateau est soulagé à une autre allure… cela me permet de peaufiner encore un peu l’étanchéité de ma réparation, je ne sors plus qu’un seau toute les heures… mais j’ai quand même bien l’impression d’être un Shadok !

Veuillez réaliser la maîtrise d’un marin seul à bord!
Vidéo: http://www.axeltrehin.com/sites/default/files/pictures/2018/09_SAS2/sas2.mp4
———————————

Lors de l’apparition d’une voie d’eau, l’événement engendre, pour beaucoup, un début de panique
Sans faire dans le comique, l’affolement s’empare du bord: Qui se précipite sur la pelle à poussière, qui de serpillières et d’autres recherchent désespérément la pompe à main…le paroxysme dans la peur fait envoyer les bouées et les radeaux par dessus bord!
C’est à ce moment qu’il faut reconnaître au maître d’équipage de savoir contrôler la situation
Le bon réflexe est un colmatage sérieux de l’entrée d’eau
# méthodes, s’évaluent # gravité
> Le Sica de jointement, la résine rapide avec mat &/ou l’application d’un bouchon de tissu imprégné, voir d’un panneau d’obstruction étayé (en attente d’évacuation) …
Chacune revient à l’absolue maîtrise du chef de bord
——————————-

PS: Please, soutenez Axel Tréhin par un don d’encouragement / son site: http://www.axeltrehin.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :