SURPRODUCTION

Le gâchis est à la hauteur de la surexploitation des richesses planétaire, jusqu’à ce point,
Est- il nécessaire de produire plus que la demande?
Le cercle pernicieux est: On produit, la consommation devrait suivre!
Les cadences imposées, de sortie d’usine, sont infernales aux employés.


La catastrophe finale est à l’exemple de l’automobile (& textile) qui s’entassent en parcs d’attente.
– Les monstres industriels se sont créés par fusions de Sociétés, qui grandissent toujours leurs moyens de pouvoir produire toujours plus.
Le résultat se traduit par des articles, à coût & durée de vie minimum, qui terminent en déchetteries -Rien n’est perdu, direz-vous, le recyclage intervient dans tout surpassement de production.
… Jusqu’au point (en exemple) où ‘ des millions de tonnes de poissons invendus ‘ sont rejetés à la mer’ !
Ceci est conjoint à toute super-production conduisant à l’appauvrissement de la planète, tant est, la destruction totale du vivant que des plantations- Le gâchis est gigantesque, au nom de marchés à profit immédiat.
Les profiteurs s’en fichent, ‘comme de leur moindre chemise’, à juste raison, dans un instinct grégaire:
« Après nous, la fin du monde »

PS: La situation des biens est telle que la nécessité, est de les rendre obsolète (au plus vite) par une nouvelle version, plus attractive au consommateur.(dixit la voiture électrique, sans intérêt au regard de ses inconvénients)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.